Menu

Rechercher dans ce blog

lundi 23 janvier 2017

Ne pleure pas

Ne pleure pas, Mary Kubica
HarperCollins Noir, 
352p.
Publié le 11 janvier 2017.


Je n'avais pas lu de littérature adulte depuis un bon moment, transportée que j'étais pas des romans jeunesses. Et puis avec les fêtes de fin d'année, j'ai eu une panne de lecture. La fatigue, le boulot intensif, petite perte de motivation... Alors j'ai eu l'idée de lire quelque chose de facile. Un roman qui se lirait tout seul, qui ne me prendrait pas la tête. Alors j'ai pensé au prochain Kubica que j'avais reçu en service de presse. 
Comme vous vous en êtes rendu compte, ce n'est pas dans mes lectures habituelles. Je pense que c'est la première fois que je lisais un roman Harlequin depuis le collège. Mais comme j'aime rester ouverte d'esprit, et que son roman Une fille parfaite est un best-seller, je me suis dit pourquoi pas?

Quelle erreur!

Bon alors l'histoire est celle d'Esther, la colocataire de Quinn qui a disparue. Quinn est inquiète, elle pense être une mauvaise colocataire, surtout quand elle se rends compte que depuis 1 an qu'elles vivent ensembles, elle ne connait rien sur Esther.
En alternance des chapitres racontés par Quinn, nous avons ceux d'Alex, un jeune homme plutôt gentil, qui vit dans une bourgade, en compagnie de son père alcoolique. Pour que le foyer ne prenne pas l'eau, il bosse dans un restaurant, où il nettoie les tables et sert le café. Et un jour, arrive en ville une nouvelle fille, dont il tombe fou amoureux. Qui est-elle? Que fait-elle là? Comment s'appelle-t-elle? Aura-t-il la chance de l'approcher?

Bon je pense que rien que par le résumé vous vous doutez d'où on veut nous mener... Et bien figurez-vous que pas tout à fait! En vrai le rebondissement final est digne d'un mauvais scénario de téléfilm de l'après-midi des années 90. Tellement mauvais qu'il n'est plus utilisé que dans les parodies de thriller.
Mais ce n'est pas grave, car ce roman renouvelle totalement le genre du thriller!
Et oui, finit les bons vieux thriller qui vous faisaient mourir de peur, voici un thriller pour mourir d'ennui!!
Trop de la balle!
Même avec le cerveau en veille, ou en regardant la télé en même temps, vous ne perdez rien de l'intrigue. J'ai eu beau m'endormir toutes les deux pages (je suis persévérante, mais j'ai vraiment cru que je n'arriverai jamais au bout), je savais toujours où j'en étais, puisque l'auteur tourne en rond sur des pages et des pages. Sérieusement, en 100 pages c'était bouclé, il n'y avait pas besoin de ces 150 pages de répétition!
On avance dans l'intrigue à la vitesse d'un escargot qui écrirait.
D'un ennuie mortel je vous dit!

Autre point positif du roman l'écriture! J'adore ce style sans style. Je ne sais pas s'il s'agit d'une mauvais traduction ou d'une mauvaise plume mais c'est vide. Le mieux c'est que vous n'avez pas besoin de dictionnaire. Dès que l'auteure utilise un mot de plus de 3 syllabes, elle vous en donne la définition derrière. Au début j'ai cru que c'était un trait de caractère de Quinn. Comme elle n'a pas beaucoup confiance en elle, qu'elle n'a pas fait d'études, elle pourrait se rassurer en expliquant le sens qu'elle donne aux mots qu'elle n'a pas l'habitude d'utiliser. Comme si elle même venait d'en lire la définition et la partageait avec le lecteur. Et puis en fait, non. Alex fait la même chose. Alors quand il nous donne la définition d'"exsanguination" je me suis dit que l'auteur nous prenait vraiment pour des débiles qui n'ont jamais lu de thriller ou de policier depuis Le Club des Cinq.

"Si Geneviève passe à l'acte, Ingrid va mourir par exsanguination. Exsanguination, c'est un terme scientifique qui signifie mourir en se vidant de son sang." (p322)

 sans vous nous ne savons pas ce que nous serons devenus...


Bon trêve de bilevesées. Je suis en train de prendre exemple sur Mary Kubica...
Pour résumer, j'ai terminé 2016 et commencé 2017 avec le pire roman que j'ai pu lire depuis bien longtemps. Je vous conseillerai donc de passer votre chemin. Cela vous économisera du temps, de l'argent, sera meilleur pour la planète et les arbres à papier.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Mon blog se nourrit de vos commentaires, mais veillez à être respectueux!