Menu

Rechercher dans ce blog

mardi 18 février 2014

Les vivants

Les vivants, T1, Matt de la Peña,
R, Robert Laffont, 396p.
 
Sortie prévue le 13 mars 2014.
 
 
Je viens de refermer le prochain titre qui paraitra en Mars dans la collection R (collection pour les jeunes adultes chez Robert Laffont). Autant vous l'avouer tout de suite, je l'ai dévoré!
 
 
Tout commence gentiment sur un magnifique paquebot de croisière. Shy, un jeune mexicano-américain y travaille pour l'été dans le but d'aider sa mère et de payer ses études. Ils sont nombreux comme lui, des jeunes, employés aux petits postes qui servent les riches qui profitent du luxe de ce géant des mers.
Ce que Shy n'avait pas prévu c'était le suicide d'un des passagers. Malgré toute sa bonne volonté, il n'a pas réussi à la sauver d'un plongeon depuis le pont.
Ce qu'il n'avait pas prévu non plus c'est un tremblement de terre sans précédent qui touche la Californie détruisant toute la côté Ouest des Etats-Unis mais aussi une bonne partie du Canada et du Mexique. Tremblement de terre tellement immense qu'il provoque un tsunami lui aussi dévastateur et encore inégalé. Voguant sur les flots paisibles de l'océan Pacifique en direction d'Hawaï, le Paradis ne devient qu'un frêle esquif face aux vagues géantes qui s'abattent sur lui.
Pensant avoir survécu au pire, Shy vogue, perdu, sur l'océan. Sans savoir que finalement, il n'a peut-être qu'eut un avant goût de l'Enfer.
Si à tout ça vous ajoutez une nouvelle maladie terrifiante, la maladie de Romero, et que vous la transformez en pandémie, vous obtenez le cocktail détonant de ce nouveau roman catastrophe.
 
8 jours. Ce premier tome d'un dyptique apocalyptique ne raconte que 8 jours d'un été qui devait se passer sans encombre. Et pourtant ces 8 jours font basculer l'univers de ce jeune homme, de tous les passagers et employés du paquebot, mais aussi du monde. Car si toute l'action se déroule dans des espaces réduits, perdus au milieu de l'immensité marine, quelques bribes d'informations venues de la terre ferme laissent entrevoir une horreur encore plus grande. C'est palpitant. L'auteur ne nous laisse quasiment pas reprendre notre souffle. Les descriptions sont violentes, et imagent toute l'horreur des situations. Encore plus sanglant et réaliste que le naufrage du Titanic. Matt de la Peña ne nous épargne rien. Certains passages demandent d'avoir le cœur, et l'estomac, bien accrochés. Cela semble vraiment réaliste.
Il nous immerge aussi dans toute l'horreur de cette part humaine qui cherche le profit à tous prix.
Car, au delà du roman apocalyptique et du thème de la survie, le roman a aussi un côté thriller. En toile de fond, une enquête. Shy cherche à comprendre pourquoi le suicide de cet homme ventripotent à début de calvitie, attire tous les regards sur lui. Qui est cet homme en costume noir qui pose des questions sur Shy et l'espionne? Que lui veut-il? Il semble qu'un terrible secret qui le dépasse le touche de plein fouet.
Bon sur cette partie là, j'ai trouvé le personnage un peu long à la détente. Mais c'est oublié qu'il s'agit d'un ado lambda et non de James Bond. Et qu'en plus il est totalement affaiblie par les horreurs qu'il a vu, subie; qu'il est aussi affamé et en déshydratation, en perdition dans l'océan Pacifique sur une coquille de noix. On aurait tous le cerveau ramollie pour moins que ça.
 
Encore une bonne surprise dans la collection R, qui ravira les amateurs du genre! Moins science-fiction que la 5ème vague, il n'en fait pas moins froid  dans le dos.
 
Suite et fin prévue en novembre 2014!
(et pour patienter, la suite de la 5ème vague doit sortir en mai!!)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Mon blog se nourrit de vos commentaires, mais veillez à être respectueux!