Menu

Rechercher dans ce blog

jeudi 13 février 2014

Quelle épique époque opaque!

Quelle épique époque opaque!, Anne Pouget
Casterman, 176p.
A partir de 9/10 ans.
 
 
 Le chevalier Philibert n'est jamais sorti de l'enceinte construite par sa maman autour de son château. Mais le jour où Merlin, lui-même, l'appel à la rescousse pour sauver le monde (rien que ça), il ne peut refuser l'aventure qui s'offre à lui. Accompagné de son fidèle écuyer, Cornebulle, il part à la chasse au Monstre, jusque dans les entrailles de l'Enfer!
Une aventure moyenâgeuse méconnue, digne des aventures de Tristan, inspirée de "véridiques légendes attestées par les plus savants historiens!".
 
 
Bon présenté comme ça on sent la grande Aventure. La quête ultime qui fait de tout petit chevalier, un preux et grand Chevalier de légende. Et c'est le cas. Mais plutôt à la manière de Kaamelott voir même des Monty Python. Car il y a de l'absurde dans ce roman. De l'absurde et de l'humour. Beaucoup.

"Emu en entendant cela, le chevalier se jeta une nouvelle fois aux pieds de Merlin:
- Mon Enchanteur, je suis ton fils, je suis celui de la France...Bon, de ma mère aussi, mais qu'importe ! En un mot comme en cent, j'accepte de prendre la tête d'une croisade afin de bouter l'ennemi hors de la chrétienté !
La voix humide, le bon Merlin demanda :
-C'est vrai ? Tu irais laver mon honneur ?
-Avec ou sans lessive, mon Merlin bien-aimé ! le passé est passé, le présent est là, et l'avenir reste à arriver, mon magicien préféré."
p26.


Anne Pouget joue avec les mots, elle manie la langue française avec l'aisance d'un jongleur. Elle rebondit sur les mots et les sonorités à tel point que son texte en est musical.
Elle allie humour et histoire. A travers les questions saugrenues ou idiotes de Cornebulle, elle interroge les enfants et leur glisses des informations éducatives précieuses. Saviez-vous que
l'"hippopotomonstrosesquippedaliophobie" était  -paradoxalement- la phobie des mots trop longs? Et quand on vous parle de "coquecigrue" vous pensez immédiatement à "une sorte de billevesée.
 
"-Le gnome a parlé de regarder voler des coquecigrues... ça ressemble à quoi ce bestiolo. S'agit-il d'une coccinelle avec une tête de grue?
(...)
-Une coquecigrue est synonyme de sornette; débiter des coquecigrues signifie inventer des histoires; quand à regarder voler des coquecigrues, c'est une autre manière de dire "croire à des contes à dormir debout".
Contenté, Cornebulle se glissa sous sa couveture.
-Heureusement! Parce que si ça avait été une coccinelle avec une tête de grue, je ne vois pas comment elle aurait pu s'envoler avec ce petit corps pas plus gros qu'un pois chiche et une grosse tête d'oiseau! "
p95.
 
Ce roman parle d'aventure, de quête de chevalier, de Moyen-Age, de monstres, farfadets et autres créatures légendaires. Il parle aussi d'amour et de courage. Il parle des livres, de l'écriture, des mots, et tout cela avec la magie d'un texte adroit. C'est original, décalé, et vraiment sympa.
A mettre entre toutes les mains des lecteurs, à partir de 9-10 ans.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Mon blog se nourrit de vos commentaires, mais veillez à être respectueux!