Menu

Rechercher dans ce blog

mardi 21 février 2017

Entre ici et aileurs

Entre ici et ailleurs, Vanyda
Dargaud, 190p.
29 janvier 2016 
Je n'avais rien pour représenter la Capoeira.

Vous vous souvenez de Vanyda? J'avais fait une critique élogieuse de son dernier album Un petit goût de noisette. Cette année elle est revenue avec un album très autobiographique et très touchant. 

Cette fois-ci Vanyda se dévoile entièrement. Elle nous parle de ses relations avec son frère, avec sa famille, de sa double culture, et de son épanouissement grâce à la Capoeira. Cette double culture est véritablement au centre de ses réflexions et de sa construction personnelle. 
Laotienne par son père, ce dernier n'a pourtant jamais expliqué à ses enfants sa culture et ses rites. Cela fait que l'héroïne se sent incomplète et perdue. Physiquement elle est typée asiatique, c'est ce qui saute aux yeux de tous ceux qui la rencontre pour la première fois, et pourtant dans sa culture elle se sent 100% française, ayant eu en majorité une éducation à la française de par sa mère, mais aussi par son père qui n'a pas partagé sa culture d'origine avec eux. Ce n'est qu'a 28 ans, uniquement parce qu'elle lui pose la question, qu'elle découvre les rites funéraires bouddhistes et que Bouddha n'est pas un dieu. 
Coralie part donc à la recherche de cette partie manquante d'elle. Elle sent qu'il manque une pièce au puzzle, mais c'est la découverte de la Capoeira et des gens qui pratique ce sport brésilien qui va l'aiguillé sur la trace de sa personnalité profonde. 

Encore une fois un coup de cœur pour un album de Vanyda! Et cette fois-ci je ne pouvais pas passer à côté! Le Laos comme ma meilleure amie, la capoeira comme ma sœur... Tout est fait pour que je vous y voit les filles.

Cet album est très sensible, il nous entraîne dans une quête intérieure qui permet de se sentir mieux au contact des autres. Car c'est bien le regard que portent les autres sur elle qui font que Coralie se pose des questions. C'est bien ce regard, mais aussi ces réflexions, conscientes ou inconscientes, qui la font se remettre en cause. Et la rencontre avec Kamel, un franco-algérien en proie au même cheminement, va véritablement aidé Coralie à aller de l'avant. Le voyage qu'ils effectuent ensembles en Algérie est aussi bénéfique pour elle que pour lui (j'ai d'ailleurs beaucoup aimé ce passage).
Véritablement un bel album sur ce qui fait de nous ce que nous sommes à nos yeux, dans notre cœur, mais aussi aux yeux des autres. 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Mon blog se nourrit de vos commentaires, mais veillez à être respectueux!