Menu

Rechercher dans ce blog

mercredi 4 février 2015

Seuls au monde, 3.

Seuls au Monde, 3, 
Camp d'isolement, 
Emmy Laybourne, Hachette, 
384p, Août 2014,
A partir de 13 ans.

Et voilà, la trilogie apocalyptique d'Emmy Laybourne prends fin. Souvenez-vous, les enfants prisonniers du Greenway, suite à la diffusion dans l'air de produits chimiques militaires dangereux, ont réussi à s'enfuir et à trouver refuge dans un camp. On pensait que c'était la fin? Et bien non? Ils ne comptaient pas abandonner Josie, qui s'était sacrifiée pour leur sauver la vie. La gentille et douce Josie, celle qui prenait soin de tous les petits. Après avoir été exposée aux produits pendant trop longtemps, la voilà métamorphosée. Comme tous les survivants du groupe O exposés, elle se retrouve enfermée dans un camp d'isolement. Et le reste du groupe, qui se considère désormais comme une famille, ne compte pas la laisser pourrir à l'autre bout du pays. Un groupe se lance à sa recherche, tout en essayant de mettre Astrid en sécurité. Car son bébé à naître semble intéresser l'armée. 

Comme je me posais la question à la fin du tome 2, il y avait bien un tome 3 pour conclure. Et oui, on l'a notre happy end. Oups. Zut j'en ai trop dit.

Dans ce dernier tome nous retrouvons donc tous les protagonistes encore en vie. Certains ont retrouvé leur famille. Les autres restent ensemble comme une nouvelle famille qu'ils se sont crée. Leur rêve? Se rendre dans la ferme de l'oncle de Niko et y vivre tous ensembles en attendant de retrouver leurs parents (à condition que ces derniers soient encore en vie).
On retrouve le même type de narration que précédemment, sauf que cette fois-ci la deuxième voix n'est plus celle d'Alex (le petit frère de Dean), mais celle de Josie. On alterne donc les chapitres racontés par Dean et qui relatent l'avancée de la mission sauvetage de Josie, avec ceux racontés par la jeune fille à sauver. On découvre donc ce qui se passe dans le reste du pays, non touché par la catastrophe chimique (du moins pas directement, et pas au moment de la fuite du centre secret de recherches de l'armée), et l'enfer que vivent Josie et les autres survivants du groupe O. Car c'est bien l'enfer qui nous est décrit ici. Des conditions de survie plus que des conditions de vie. De la saleté, de la violence, loin de toute humanité. Et la gentille et douce Josie a bien changée elle aussi. 
Quand à la mission de sauvetage, ils sont confrontés à la violence ordinaire des gens ordinaires. Désormais il n'est plus question de survie immédiate, quoique...

Un troisième et dernier tome, dans la lignée des deux précédents. Une fin positive pour une trilogie particulièrement sombre et violente. Quand des enfants et des ados, confrontés à une situation des plus violente et dangereuse, se retrouvent livrés à eux-mêmes. Obligés de grandir plus vite, obligés de se dépasser pour survivre, et de s'unir dans l'adversité. Voilà à quoi ils peuvent ressembler à la fin de ces quelques mois. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Mon blog se nourrit de vos commentaires, mais veillez à être respectueux!