Menu

Rechercher dans ce blog

dimanche 25 août 2013

Fistule et politique

La maladie du roi, Christian Carisey, 
Le Cherche Midi

Sortie prévue le 12 septembre 2013.


Toutes mes lectures de la rentrée littéraire n'ont pas été extraordinaires... Une en particulier m'a déçue...

Nous sommes à Versailles en 1686. Le règne de Louis XIV est sur le déclin. Bien que la paix soit instaurée, la révocation de l'Edit de Nantes en 1685 ébranle le royaume. Louis XIV est alors un vieil homme âgé de 48 ans, et bien qu'étant le Roi Soleil, la maladie ne l'épargne pas. Ainsi il se retrouve à souffrir d'une fistule anale. Celle-ci le fait atrocement souffrir et l'empêche de participer à nombres d’événements de la Cour fait pour asseoir son pouvoir. Alors que l'ambassadeur de Siam doit venir lui rendre visite pour négocier d'importants accords commerciaux, le roi charge le jeune chirurgien Félix de Tassy de le soigner. A l'heure où la chirurgie n'est pas encore considérée comme une science médicale et que l'on soit encore par saignées, le jeune homme va tout faire pour être capable d'opérer le roi sans risquer l’hémorragie. Il s’entraîne donc sur des prisonniers de la Bastille.

C'est dans un contexte politique assez troublé que survient une maladie bien handicapante pour le souverain. Face aux espions, aux jalousies de la Cour, aux divergences religieuses, chacun cherche a réalisé son destin. C'est bien un affaiblissement du pouvoir lié à la décrépitude physique du Roi Soleil que Christian Carisey nous raconte ici. C'est intéressant. Mais voilà, je n'ai pas beaucoup aimé. J'ai trouvé que son récit était... fade. Pas assez romanesque, pas assez romancé, il nous donne des informations historiques les unes derrières les autres. On est loin d'un roman historique à la Dumas. Pas de grands sentiments. Tout y est raconté de manière clinique (pour un roman sur la maladie, me direz-vous, ça tombe bien). Je m'attendais à un roman, j'ai eu l'impression de lire des cours d'Histoire. 



Un événement assez peu connu de l'Histoire de France qui aurait sans doute demandé une plume plus enlevée.
Dommage.
  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Mon blog se nourrit de vos commentaires, mais veillez à être respectueux!