Menu

Rechercher dans ce blog

mardi 23 avril 2013

Une histoire d'amour ordinaire sur fond d'extraordinaire

Le plus petit baiser jamais recensé, Mathias Malzieu
Flammarion, 176p.

Je n'avais jamais lu de Mathias Malzieu. Alors quand Le plus petit baiser jamais recensé est sorti je me suis dit que ce serait l'occasion de le découvrir en temps qu'écrivain.

C'est l'histoire d'un inventeur-dépressif qui rencontre une jeune fille. Dégouté par l'amour après avoir connu une bombe-d'amour, il est étonné d'être autant attiré par cette inconnue. Discrètement il se rapproche, et lui vole un baiser. Mais voilà, cette jeune fille mystérieuse disparait quand on l'embrasse.
Il se lance alors à la recherche de cette fille invisible, dans une quête à l'amour. Aidé par une pharmacienne timide, un ancien détective qui ressemble "à un ours polaire à lunettes, avec de petits nuages en coton à la place des cheveux et de la barbe", et d'un perroquet hors du commun, il poursuit cet amour qui semble imaginaire, puisqu'invisible.

Bon je vais pas tourner autour du pot. C'est génial! Mathias Malzieu a de la poésie dans sa plume. Les images qu'il utilise sont belles, pleines de poésie, et elles parlent pourtant de ce que tout le monde connait: la peur de l'abandon, la peur de l'amour, la peur de se dévoiler et de ne pas être aimé pour ce que l'on est, et la quête pourtant persistante d'un amour idyllique. 
"Être ou ne pas être... amoureux. Telle est la vraie question."

Maintenant que sort L'Ecume des jours au cinéma, je me dis qu'il y a un nouveau Boris Vian. Car si l'éditeur dit de ce roman "Comme si Amélie Poulain dansait le rock'n'roll et croisait le Petit Prince avec un verre de whisky", pour moi il y a du Colin et du Chloé dans cette histoire.

Superbe.
  
  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Mon blog se nourrit de vos commentaires, mais veillez à être respectueux!