Menu

Rechercher dans ce blog

samedi 25 janvier 2014

Une page de l'histoire américaine (2)

Certaines n'avaient jamais vu la mer, Julie Otsuka,
10/18,


Encore un pan de l'histoire américaine que je ne connaissais pas! Après la découverte de la migration forcée des orphelins de  la côte Ouest à la fin du XIXeme, je découvre ce coup-ci l'histoire de la communauté japonaise aux États-Unis au début du XXeme. Julie Otsuka nous propose de découvrir les histoires de ces japonais qui avaient émigrés dans le Nouveau Monde à la recherche d'une vie meilleure comme tous ces peuples aux XIXeme et début du XXeme siècle.
Dans le premier chapitre nous suivons ces femmes qui ont épousées, par l'intermédiaire de marieuses, des hommes qu'elles ne connaissent pas et qu'elles rejoignent par bateau de l'autre côté de l'océan pacifique. Laissant derrière elles leur famille, leur village,  parfois un enfant, des coutumes et des traditions... 
Arrivées sur cet immense continent aux mœurs totalement différentes c'est pour beaucoup la déception et le désenchantement. Les hommes ne correspondent pas aux photos et aux lettres envoyées. La vie ne va pas être aussi simple et riche qu'elles l'ont imaginé.
Julie Otsuka a choisi de nous parler de toutes ces histoires et pas d'une seule. Elle nous parle de toutes ces femmes, de tous ces hommes, qui avaient placés tous leurs espoirs dans ce continent vaste et où l'on rêvait déjà du rêve américain. Avec une écriture à la construction répétitive, comme un mantra, elle nous expose toutes ces histoires, les mêlant et les entremêlant sans jamais nous laisser un fil à tirer pour isoler un destin. C'est le destin, l'histoire d'un peuple d'une génération, qu'elle partage avec nous. Les individus ne l'intéresse pas, ils sont un bloc identitaire. C'est assez déstabilisant au début, nous avons tellement l'habitude des romans aux personnages bien définis. Et ici elle renverse tous les codes de la littérature traditionnelle pour nous parler d'une multitude de gens. Car au final, quelques soient les chemins empruntés ces japonais ont tous connus le même destin. Avec l'entrée en guerre du Japon contre les États-Unis ils sont devenus des ennemis. Ces gens si discrets, si serviables sont devenus des suspects. Que cachent-ils? Sont-t-ils des agents infiltrés? Ils ne sont pas américains, trop différents, trop communautaires. Alors le gouvernement décidé de protéger ces concitoyens contre ces dangereux ennemis trop silencieux. Parqués dans des camps militaires américains ils seront libérés en 1944-1945. Mais de ça Julie Otsuka ne nous dit rien. Tous ces japonais semblent disparaître, aussi discrètement qu'ils ont vécus parmi les américains, comme ça, en silence. 


Un texte très beau, qui se lit très rapidement. Son rythme nous entraine au fil des pages sans que l'on s'en rende véritablement compte. Magnifique et instructif. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Mon blog se nourrit de vos commentaires, mais veillez à être respectueux!