Menu

Rechercher dans ce blog

dimanche 8 novembre 2015

La pyramide des besoins humains

La Pyramide des besoins humains, 
Caroline Solé, 
L'école des Loisirs, Mai 2015
128p.
A partir de 12 ans.

Vous connaissez la pyramide des besoins humains de Maslow? Personnellement, j'avoue que je n'en n'avais jamais entendu parlé.
C'est une pyramide qui hiérarchise les besoins, comme son nom l'indique. D'abord viennent les besoins purement physiologiques, puis les besoins de sécurité, les besoins d'appartenance, les besoins de reconnaissance, et enfin les besoins d'accomplissement de soi. Pour atteindre le dernier stade de la pyramide, celui de l'accomplissement de soi, il faut d'abord avoir rempli l'intégralité des niveaux inférieurs. Sans ça, les bases ne sont pas solides, et tout peut s'écrouler.
Comme un dessin vaut mieux qu'un long discours, voici la représentation de cette pyramide:

Bon c'est bien beau tout ça, mais ça n'explique pour le moment que le titre de ce roman me direz-vous. Et bien non, pas que. 
Dans ce roman, Caroline Solé nous parle d'un jeu de télé-réalité basé sur cette pyramide. Nous sommes à Londres. Un nouveau jeu vient d'être lancé. Il suffit de s'inscrire, puis de poster une photo et un texte qui informe que nous avons rempli les conditions du premier palier pour passer ensuite au suivant. Mais tous les joueurs ne peuvent prétendre à grimper l'échelle du jeu. Il faut récolter suffisamment de vote du public et des autres joueurs pour cela.
Chris lui se lance dans l'aventure. Mais Chris n'est pas un jeune homme comme les autres. Chris ne rempli aucune case de la pyramide. En effet, le jeune homme vit dans la rue. Fugueur il squatte un morceau de carton et fais la manche pour survivre. Alors quand il se lance dans l'aventure c'est surtout sur un coup de tête, pour montrer au monde ce que c'est que d'avoir besoin de remplir ces échelons.

Ce roman apporte une critique intéressante des dérives de notre société. Pas forcément des dérives de la télé-réalité. Mais plutôt celles du tous connectés, mais tous anonymes, tous personne. Chris est heureux de n'être personne au début. Et puis en gravissant les échelons il réalise qu'il a tout de même donné des informations sur lui, que les gens pourraient le trouver. Mineur, fugueur il risque d'être envoyé dans un foyer, voire pire dans son ancien foyer. Alors il prie pour ne pas gagner, pour conserver son anonymat. 
Mais Chris est, malgré tout, ballotté par des sentiments contradictoires. Il voudrait tellement devenir quelqu'un, que les gens le voient. Là, assit sur son morceau de trottoir, il regarde passer les gens. Ces gens les yeux rivés à leur portable, qui commentent ses post, sans réaliser qu'ils passent à 20m de lui. Car aujourd'hui, qui fait attention à son voisin? 
Au milieux des 14 999 autres candidats, qui postent des photos toutes plus alléchantes les unes que les autres sur ce qui rend leurs vies si géniales, Chris ne montre que sa réalité. Son morceau de carton, son duvet, un poing ami qui peut lui venir en aide en cas de besoin... Et sa réalité est provocante dans ce monde ultra-connecté au virtuel et déconnecté du réel.

J'ai trouvé que ce roman, bien que trop court, était intéressant.
De quoi proposer aux jeunes lecteurs de lever le nez de leurs écrans et de s'intéresser à l'autre, et à ce qu'il est dans la réalité et non au travers de post dématérialisés. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Mon blog se nourrit de vos commentaires, mais veillez à être respectueux!