Menu

Rechercher dans ce blog

lundi 30 novembre 2015

Bilan lectures de Novembre



En me baladant sur les blogs littéraires, je me suis aperçue que de très nombreuses personnes faisaient le bilan de leurs lectures chaque mois. Un bon moyen de voir tout ce qu'il me reste à chroniquer, et de faire un mot sur mes lectures dont je n'ai pas spécialement l'intention de parler dans un article complet. Alors pour la première fois en plus de 2 ans (presque 3 ans pour ce blog, je n'en reviens pas!) je me lance. 
Ce mois-ci, ayant eu des vacances, autant vous l'avouer, j'ai lu beaucoup plus que d'habitude (sur la photo ne sont présents que les livres que j'avais sous la main au moment de la photo). Je lis lentement, et je ne fais pas la course au nombre de pages avalées (plus que la quantité, j'essaie de lire de la qualité, des choses qui me plaisent). 
Autre aveu à vous faire, quand un livre ne me plaît pas, dès les premières pages, j'abandonne. Il y a tellement de livres qui me font saliver que j'ai décidé de ne pas perdre mon temps avec ceux qui m'ennuient.

Donc ce mois-ci beaucoup de lectures, comme je vous disais:

En littérature adulte


La clé sous la porte, de Pascale Gautier, dont je vous ai parlé en tout début de mois.










Brutes, d'Anthony Breznican. Ça je vais vous en parler, parce que j'ai adoré!







Je voyage seule, de Samuel Bjork. Un polar nordique qui m'a offert plusieurs heures bien sympathiques. Celui-ci aussi je vous en parlerai plus longuement.










Chez les ados


A la poursuite de ma vie, de John Corey Whaley. On m'en avait beaucoup parlé, comme le nouveau Nos étoiles contraires de John Green. Et bien j'ai été déçue. Car ce n'est pas du tout le même genre, sinon qu'il parle aussi de la mort d'un adolescent, mort due à la maladie. Mais je vous en dirais deux mots prochainement.








Les petites reines, de Clémentine Beauvais.
Bon celui-ci, juste une tuerie, un petit bijou! 














Ma mère, le crabe et moi, d'Anne Percin. Un magnifique roman sur le cancer d'une mère, vu par sa fille. Je me disais que j'allais peut-être faire un billet qui regrouperait plusieurs lectures sur le thème. Mais celui-ci vaut le détour.












CIEL 1.0 L'hiver des machines de Johan Heliot. Un roman d'anticipation vraiment palpitant où les machines prennent le pouvoir dans le but de protéger l'environnement des activités humaines.






Premier baiser et autres complications, de Mara Andeck chez Fleurus. A partir de 12 ans. 
Un roman sous forme de journal intime qui m'a terriblement ennuyé. Tout du moins le début, car j'ai rapidement lâché l'affaire. Héroïne sans intérêt qui écrit toutes les 5 minutes dans son journal pour se plaindre et blablabla. Donc les états d'âme de Lilia, 16 ans, qui veut embrasser des garçons, très peu pour moi.

Pour les plus jeunes




Le secret de grand-oncle Arthur, de Véronique Delamarre Bellego.
Une chasse au trésor très mignonne à partir de 8 ans. 
Les enfants vont découvrir que finalement le trésor le plus précieux, n'est pas forcément celui qui est fait de monnaie sonnante et trébuchante.








Au secours! Ils me prennent pour un génie, d'Alice Brière-Haquet.
Un petit roman pour les lecteurs à partir de la fin du CP chez Castor Poche. 
Je l'ai lu car un article du Monde le démontait. Et pourtant il n'est pas si horrible que ça. Il n'a rien d'extraordinaire non plus. Un roman sympatoche pour expliquer aux enfants que ce n'est pas toujours utile de se mettre la pression pour réussir à l'école, mais aussi qu'il ne faut pas s'attaquer aux têtes d'ampoules.


Les filles au chocolat, tome 1, Cœur cerise. Cathy Cassidy. Pocket jeunesse.
A partir de 8-10 ans.
Autre livre dont je ne vous parlerai pas plus que ces quelques lignes. Je l'ai lu pour comprendre pourquoi cette série est un tel carton. Et j'ai compris. C'est mièvre, plein de bons sentiments, une méchante qui n'est qu'une jeune fille blessée et pas vraiment méchante au fond. Une famille recomposée où tout le monde est beau et vit au pays des Bisounours. Trop sucré pour moi.

La vérité sur les tapirs. Livre-CD de Julien Baer, dessins de Philippe Katerine, Actes Sud Junior.
J'avais entendu Philippe Katerine chanter un morceau de ce livre CD sur France Inter, et j'avais adoré. Dans la petite vidéo, publiée par les éditions Actes Sud Junior, on peut voir un aperçu de l'ouvrage et entendre un extrait de ce morceau qui m'enchante. 
Le livre est rigolo. Des illustrations sympa, des photographies marrantes. Mais bon 23€ pour 7 chansons de moins de 2min chacune, ça fait cher l'album rigolo. D'autant plus que finalement Samba est la meilleure de l'album. Si vous tombez dessus en bibliothèque et que vous voulez vous marrer n'hésitez pas une seconde. Sinon il faut être terriblement fan de Philippe Katerine. Dommage, l'idée était tellement bonne.


Chat chat chat, de Pascal Parisot. Illustrations de Charles Berberian. Didier Jeunesse.
Un livre CD sur les chats. Des chansons qui swinguent, des jeux de mots autour de cet animal indépendant et fascinant. 12 morceaux qui plairont surement aux plus petits mais que je n'ai absolument pas envie d'entendre en boucle dans la voiture. Car 12 chansons sur les chats, c'est bien sympa, mais on a un peu l'impression de tourner en rond. Heureusement que musicalement ce n'est pas mauvais. 
Pour résumer des illustrations très sympa, des morceaux qui feront danser les petits, mais on est loin du coup de cœur en temps qu'adulte.  


Le carnaval Jazz des animaux, Livre-CD, chez Gautier-Languereau. Histoire originale de Taï-Marc Le Thanh, illustrée par Rose Poupelain, racontée par Edouard Baer et accompagnée par The Amazing Keystone Big-Bang, d'après l'oeuvre de Camille Saint-Saëns.
L'an dernier j'ai eu un trip Pierre et le Loup. N'ayant la version de Gérard Philippe qu'en vinyle j'ai cherché une version CD. Et je suis tombée sur une version jazz, lue par le grand Denis Podalydès, et accompagnée par The Amazing Keystone Big-Bang. Un coup de coeur pour cette version du conte classique de Prokofiev!
Et cette année le big-bang remet ça avec le Carnaval des animaux.
Une manière ludique, originale et sympathique de faire découvrir le jazz aux petits. L'histoire est sympathique et rigolote, les illustrations terriblement chouettes, et Edouard Baer incarne un loup arrogant et sur de lui, tout du moins au début. Un album qui swingue, qui bouillonne. Des soli, de l'impro, tout comme pour les grands. Quand on prends pas les oreilles des enfants pour des puits de misère ça donne un album qui vaut vraiment le détour!

Le livre sans image, de B.J. Novak. Editions l'Ecole des Loisirs. A partir de 4-5 ans.
Oh un album pour les enfants sans illustrations! Voilà qui est original. Des pages blanches, une typo noire, et une demande faite au lecteur de tout lire. Et comment faire rire les petits et maintenir leur attention sans image? Et bien en faisant dire n'importe quoi au parent qui lit. Des onomatopées, des bruits de prout et autres joyeusetés. Des apartés comme au théâtre, des phrases qui font passer le lecteur pour un imbécile. Tout est fait pour faire rire les enfants. Le genre de livre que j'aime bien car il permet au lecteur de jouer réellement le texte, et donc avec l'enfant qui écoute. Un peu comme dans la série Le Pigeon de Mo Willems. Mais je suis beaucoup plus fan de Ne laissez pas le pigeon conduire le bus.
Il ne me reste plus qu'à le tester sur un public. Si quelqu'un a un enfant à me prêter.


Et enfin les BD et manga

Boule & Bill T36, Flair de cocker de Verron chez Dargaud.
Je me suis replongée dans mon enfance avec ce nouvel album. Boule sans grandir est tout de même plus moderne (il a même un téléphone portable!). Mais sinon tout y est comme dans mes souvenirs.






Les Vieux fourneaux T3, Celui qui part de Lupano et Cauuet chez Dargaud.
3ème tome de la géniale série de Lupano et Cauuet. Un peu moins rigolo que les précédents, mais très touchant. On y apprends plein de choses sur Mimile et sa vie de bourlingueurs dans le Pacifique. La gouaille des personnages y est toujours grandiose. Pierrot et son collectif "Ni Yeux Ni Maîtres" nous offre une action pour la sauvegarde des abeilles de toute beauté. Et Sophie apprends qu'il ne faut pas prendre ses œufs n'importe où au village. Des souvenirs, de la rigolade, de la réflexion. Encore un très bon album.





Chauve(s) de Benoît Desprez chez La Boîte à Bulles.
Benoît Desprez nous y raconte l'année de traitements de son amoureuse atteinte d'un cancer du sein, et soignée à Lorient. Un écho bien fort. Encore un titre qui devra faire partie de la sélection.

Et puis comme je suis dans une phase shojo (parce que j'aime bien me détendre avec une bonne histoire d'amour adolescente à l'eau de rose) je suis en train de relire Kare First Love de Kaho Miyasaka qui ressort actuellement en album double.
J'ai lu Virgin Complex de Natsumi Aida. Un one-shot de l'auteur de Switch Girl qui nous parle de 4 jeunes filles et de leur envie, leur peur et autres, face à la perte de leur virginité. Rien de transcendant.


Et enfin je me suis lancée dans Daytime Shooting Star de Mika Yamamori, dont l'héroïne, Suzume 15 ans, tombe amoureuse de son professeur d'Histoire. Un titre que je pensais niaiseux, mais qui, tout en respectant tous les codes et en utilisant les ficelles habituelles du shojo me botte plutôt bien (puisque j'ai enchaîné les 4 premiers volumes).



Voilà donc pour mon premier bilan mensuel. Autant vous dire tout de suite que les prochains ne seront pas aussi long et fournis. Je n'ai pas des vacances tous les mois non plus. 
Un total de 23 livres (+1 abandonné rapidement) c'est énorme! Maintenant il ne me reste plus qu'a faire les billets correspondants aux titres qui, pour moi, en valent la peine. Encore pas mal de travail en perspective!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Mon blog se nourrit de vos commentaires, mais veillez à être respectueux!