Menu

Rechercher dans ce blog

lundi 11 novembre 2013

Débordement de la télé réalité

Et à la fin il n'en restera qu'un, Jean-Luc Luciani
Rageot Thriller, 288p.
 
Bon alors pendant ces vacances j'ai été très télé-réalité. Entre la série Siberia et ce roman de Luciani j'ai été servie par les dérives dangereuses des jeux de télé-réalité.
Jean-Luc Luciani nous propose un roman qui se déroule en 2057. Après une révolution dont on ne sait rien, l'Europe n'est plus qu'un seul et même état. Mais il existe quelques petites républiques indépendantes, comme la République Libre de Marseille. A quelques encablures de la ville état, sur l'archipel du Frioul sont réunis 10 jeunes et 3 adultes encadrants. Mais nous sommes loin de la colonie de vacances. Ces 10 jeunes ont été sortis des prisons où ils croupissaient après avoir été jugés et condamnés à mort, comme des adultes. Envoyés sur l'ile ils sont là pour assouvir les désirs de toute la population avide de jeux du cirque. Suivis 24h/24 par des caméras, ils sont épiés par la population européenne dans leur tentative de réinsertion. Chaque semaine le public vote pour son favori. Mais pas d'élimination habituelle pour le candidat qui aura retenu le moins de votes, dans ce jeu qui veut révolutionner la télé-réalité. Non. Le samedi soir, il a 12h pour échapper à 4 téléspectateurs retenus qui le traquent jusqu'à la mort. 12 heures pour tenter de sauver sa peau, avant les prochaines éliminations.  A la fin, 1 seul survivant, qui obtiendra un prix inestimable: la liberté.
 
Qui veut jouer?
 
C'est un roman pour adolescents sympathique. Rapide, incisif, une course contre la montre pour sauver sa vie et retrouver sa liberté. Des références au Comte de Monte-Cristo parsèment tout le roman, et donnent envie de (re)-lire l'œuvre d'Alexandre Dumas.
A l'origine publié en 2 romans, il se divise en 2 parties, mais je trouve que finalement sous la forme d'un seul roman c'est très bien.
Ce n'est pas un roman extraordinaire, il est tout de même plein de bons sentiments. Les adolescents/enfants meurtriers ne sont pas de vrais monstres, et on souhaite donc qu'ils s'en sortent.
En parallèle nous suivons les membres du staff de la chaine de télévision productrice de l'émission. Ils ne semblent tous être motivés que par l'argent, et apparaissent plus comme les méchants que les délinquants cibles.
 
On retrouve dans ce roman bien entendu des réminiscences de Battle Royal ou autres romans et adaptations cinématographiques du genre. Rien de bien transcendant, mais l'histoire nous tient en haleine. On se laisse facilement happer et on s'attache aux personnages.
Il y a tout de même plusieurs points sur lesquels on manque de surprise, et la fin est... pas terrible. Mais un roman qui permet de passer un bon moment que l'on aime les dystopies ou les thriller.
 
 
A lire à partir de 12 ans.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Mon blog se nourrit de vos commentaires, mais veillez à être respectueux!